Transition (2/4) : les montagnes russes des émotions

6 février 2024 par
Transition (2/4) : les montagnes russes des émotions
Olivier Doléans

Par définition, la transition est un changement. Stress, peur, crainte, incertitude, la transition anime les émotions. Et bien souvent, ce sont des chamboulements, qui attisent les craintes et espoirs d'un jour nouveau. 

Traversons ensemble un parcours vécu par bien d'entre vous, que nous observons régulièrement en prenant l'exemple d'un départ d'un responsable des finances.


Le déni

Défini comme le "Refus inconscient d'admettre une réalité insupportable", ce mécanisme consiste, à considérer une mauvaise nouvelle comme si elle n'existait pas.

Le déni en entreprise, suite à la démission d'un CFO, se manifeste par la minimisation de son impact sur la stabilité financière et la confiance des investisseurs. Les dirigeants rationalisent souvent cette perte par des explications superficielles, évitant de reconnaître les véritables problèmes de fond. Ce déni inhibe l'auto-évaluation nécessaire et retarde les actions correctives, impactant les décisions stratégiques.


La surprise

Après le départ du CFO, la Direction découvre souvent des problèmes financiers non identifiés, des processus complexes et un risque supplémentaire de départs au sein du département. Ces découvertes révèlent des lacunes de gestion et érodent la confiance des employés en la Direction. 

Vous reconnaîtrez cette phase, lorsque des collaborateurs expriment une lassitude à propos de dysfonctionnements et des plaintes accompagnées de  "Ils ne se rendent pas compte..." 


La peur

Cette phase est marquée par une augmentation de l'inquiétude et du stress. La Direction va prendre conscience des impacts potentiels suite au départ du CFO, et notamment dans la stabilité financière qui repose notamment sur des opérations quotidiennes. 

Les relations avec les parties prenantes ou clients internes peut alors se détériorer, faisant ainsi croître la pression sur la Direction.


L'impatience

La recherche d'un remplaçant qualifié pour le poste de CFO peut souvent s'avérer plus complexe que prévu, surprenant la Direction par le temps et l'effort requis. Cette quête oblige souvent les dirigeants à se plonger dans des dossiers financiers compliqués, une responsabilité dont ils se passeraient bien.


Cette période est également marquée par des désillusions, parfois sévères, suite aux entretiens d'embauche. Des candidats prometteurs sur le papier peuvent s'avérer inadéquats en réalité, engendrant frustration et déception.


Au fil des mois, avec l'accumulation des problèmes non résolus, une impatience palpable et croissante s'installe parmi la Direction, frôlant parfois la lassitude. Ce processus met en lumière non seulement la complexité de trouver un CFO compétent mais aussi l'importance cruciale de ce rôle au sein de l'entreprise.


Le soulagement... conditionnel 

Le candidat idéal pour le CFO est finalement trouvé, se lançant avec vigueur dans le travail accumulé et les systèmes financiers de l'entreprise. La Direction, soulagée de déléguer à nouveau la Direction des finances, soutient normalement ce nouveau venu.

Toutefois, ce CFO, plein d'idées pour le changement, incite la Direction à une prudence réfléchie. Le succès de cette transition dépendra de l'harmonie et de l'efficacité de ce partenariat. En cas d'incompatibilité, l'entreprise risque de retomber dans un cycle de recherche et d'ajustement.


N'attendez pas que le changement arrive. 
Soyez prêt à le façonner selon vos termes et demandez un appui pour votre transition.


Contactez-nous

Partager ce poste